Espace Membre Rejoindre l’ADIAF Logo ADIAF Logo ADIAF

L'artiste

Kader ATTIA

Kader ATTIA

Né en 1970
Études à l’École supérieure des arts appliqués de Duperré, à l’Escola de Artes Applicades « la Massana » de Barcelone et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris
Vit et travaille à Paris et à Berlin
Représenté par Galleria Continua à Paris

Nommé au prix Marcel Duchamp en 2005
Rencontre avec l'artiste dans son atelier - 2005

Utilisant aussi bien la photographie, la vidéo que les installations, Kader Attia explore dans son travail la multiplicité des appartenances géographiques, sociologiques, religieuses ou culturelles – et notamment, la frontière établie entre culture « savante » et culture mainstream ou entre diversité et mondialisation.
Certaines de ses œuvres du début des années 2000 se révèlent prémonitoires : ainsi, alors qu’aujourd’hui des fast-foods et des sex-shops halal ouvrent en Europe, Kader Attia dans La Machine à rêve, exposée à la Biennale de Venise en 2003, présentait face à un distributeur rempli d’articles – kit de mariage, gin halal, cartes de crédit… – un personnage vêtu d’un sweat-shirt griffé halal, démontrant la dérive des rapprochements entre les logiques du monde capitaliste et les coutumes religieuses.
Face à une réalité sociale en manque de repères socioculturels, identitaires ou éthiques, Kader Attia produit une œuvre traversée par le déracinement, le transfert de références et qui, plastiquement, traduit l’invention de formes marquée par la dualité du plein et du vide, de la présence et de l’absence.
Ainsi, dans Big Bang (2006), l’artiste réunit étoiles de David et croissants de l’Islam. D’abord dispersés dans les marges, les deux symboles pris dans le tourbillon d’une superposition frénétique finissent par créer au centre un trou noir. Le trop-plein forme donc un vide et laisse place au néant. Cependant, le titre choisi n’est pas anodin, car une fois dépassée l’évocation de cette confrontation violente entre deux entités – renvoyant au conflit israélo-palestinien –, le big bang implique l’idée d’une puissance créative, d’une expansion du monde et permet de songer à la possibilité d’une explosion réconciliatrice. Dans sa proposition artistique d’une union entre les communautés juives et musulmanes, l’artiste affiche ses ambitions d’un art militant, si ce n’est politique.

H. C.


Expositions (sélection)

2008
Black and White, Casbah, Oil and Sugar and sculptures, Centro de Arte contemporaneo, Huarte, Espagne.
Mythes et poésie du vide, Galerie Anne de Villepoix, Paris.

2007
Momentum 9, ICA Boston.
Square Dreams, BALTIC, Center for Contemporary Art, Newcastle, Royaume-Uni.

2006
Tsunami, Magasin, Centre national d’Art contemporain de Grenoble.
Kader Attia, Musée d’Art contemporain de Lyon.

Artiste Kader ATTIA